fbpx

Véritable phénomène de mode ou simple besoin de se sentir bien dans sa peau ? De plus en plus de femmes rivalisent d’adresse, d’ingéniosité pour augmenter le volume de leurs fesses. On compte ainsi aux USA plus de 25% de cas d’augmentation des fesses par implants entre 2000 et 2015, selon, une association des plasticiens américains. Alors qu’en Côte d’Ivoire, à l’autre bout du monde, des femmes font recours à une potion miracle à base d’huile de foie de morue, du miel, de l’huile de karité, nommée le « grossifesse » ou encore des gaines de « push-up », pour avoir un large « botcho » (arrière-train). Il faut dire qu’entre les fesses de Kim Kardashian dont la chirurgie s’assume et celles de Nicki Minaj qu’on soupçonne juste, on n’est loin de l’ère ou la silhouette filiforme séduisait.

La petite histoire des fesses

Du latin fissa, fente ou fissure, parce séparées par un pli interfessier, les fesses sont une spécificité de l’espèce humaine. Il est convenu que c’est la posture bipédique de l’humain qui est à l’origine du développement de ce muscle. Aussi appelée région glutéale, les fesses désignent la partie constituée de muscle et de graisse située dans le bas du dos à la racine de membres inférieurs. Les fesses sont constituées du grand glutéal, du moyen fessier et du petit fessier. L’un permet l’élévation de la jambe, l’autre le mouvement latéral et rotatif de la hanche, c’est au dernier qu’on doit le contour rond de la hanche. Mais au final, les fesses ne sont pas que le rembourrage pour s’asseoir. Elles font l’objet de convoitise, et les femmes s’en servent comme moyen de séduction.

Des fesses plus grosses, des femmes plus belles

La chirurgie esthétique a aujourd’hui donné la possibilité à plusieurs femmes de se guérir pour certaines du complexe d’une aplasie ou d’une hypotrophie des fesses. Avec un développement insuffisant des fesses ou une absence de fesses, se caractérisant par des fesses plates, la chirurgie est une solution de compensation. En elle, ces femmes trouvent le moyen d’élargir leurs fesses. D’autres y font recours pour combattre une ptôse des fesses, un relâchement de la peau des fesses, qui les rendent flasques. Il y en a qui le font pour le plaisir, se sentir belles, sans doute pour séduire, pour plaire. Quelle que soit la raison, le résultat semble plaire. N’est-ce pas le but de l’esthétique, même s’il s’agit de la chirurgie ?

Quelques techniques de grossissement des fesses

Plus la demande se fait du côté des femmes, plus la chirurgie développe les moyens de leur procurer les fesses de leur rêve. Il y a d’un côté, le moyen plus classique de l’implant en silicone qu’on introduit dans muscle grand fessier. Il se dit que le résultat donne des fesses plus arrondies et galbées. Une autre technique est celle de l’injection de l’acide hyaluronique. Cette méthode plusieurs stars y recourent pour éviter la chirurgie, et surtout parce que les suites opératoires ici sont moins lourdes, moins contraignantes que pour une chirurgie. Enfin, une technique plus soft, plus naturelle, c’est le lipofilling. On extrait de la graisse sur la femme puis on la lui réinjecte dans les fesses.