Traitement cicatrices Tunisie

La peau est un organe qui protège ce que nous avons de plus cher, un peu comme un tissu invisible. Tout comme la soie, il est extrêmement vulnérable aux éraflures. Quant aux déchirures, c’est une autre paire de manche ! Les brûlures, les blessures et les traumas, comme la chirurgie, peuvent laisser des cicatrices. Ces cicatrices ne présentent pas trop de difficultés au quotidien si elles sont à l’abri des regards, c’est-à-dire couvert. Dans le cas contraire, elles deviennent une épreuve, ou pire, une source d’angoisse. D’où la question qu’on se pose : Y-a-t-il un traitement cicatrices efficace ?

Quels sont les différents types de cicatrices ?

Afin de répondre à la question des traitements des cicatrices, il est capital de savoir que toutes les cicatrices ne sont pas pareilles.

  • Les cicatrices chéloïdes : Elles sont le résultat d’une guérison agressive. Ce type de cicatrises peut entraver la mobilité et le mouvement. En effet, le plus souvent, elles dépassent les limites de la blessure initiale et continuent à se gonfler au fil du temps. Les cicatrices boursouflées sont plus communes chez les personnes de race noire. Elles peuvent aussi être causées par une brûlure, elles se manifestent par une contraction de la peau. La peau se resserre empêchant tout mouvement. Elles peuvent atteindre les muscles et les nerfs en fonction du degré de la brûlure.
  • Les cicatrices étirées : Lorsque la peau autour d’une plaie s’étire. Les vergetures sont considérées comme des cicatrices étirées.
  • Les cicatrices hypertrophiques : Ces cicatrices rougeâtres et surélevées, sont très similaires aux chéloïdes sauf qu’elles n’évoluent pas au-delà des blessures initiales.
  • Les cicatrices d’acnés ou de dépression : Témoins d’une acné aggravée ou de varicelle, elles persistent même après la régulation hormonale.

Il est donc naturel que le type traitement et son efficacité soient relatifs au type de cicatrices.

Quels sont les traitements de cicatrices disponibles ?

Le praticien procède l’examen des cicatrices, cet examen est généralement à l’œil nu. Dans certains cas ou une maladie peut être en cause, on peut prélever un échantillon de peau pour un examen plus approfondit.

  • Les pommades dermiques et autres gels, sans ordonnance, peuvent être utilisés pour les coupures et les blessures superficielles. Il vaut mieux demander conseil à un dermatologue car certaines pommades peuvent s’avérer abrasives et irritantes pour certaines peaux. Attention donc aux réactions allergiques. Leurs utilisations ainsi que leur efficacité sont assez restreintes, elles peuvent être prescrites à des fins préventives.
  • Le traitement chirurgical des cicatrices : Il est vrai qu’au premier abord, l’utilisation d’un bistouri pour effacer une cicatrice n’est pas très évidente. Pourtant, plusieurs techniques chirurgicales sont utilisées. On recourt à la greffe de peau pour les cas de brûlures afin de permettre aux patients de retrouver une mobilité restreinte ou perdue. La peau greffée provient d’une autre zone du corps du patient. L’excision de peau est aussi pratiquée sur les cicatrices boursouflées dans le but de réduire leur volume.
  • La mésothérapie : Elle consiste en l’injection d’acide hyaluronique ou de corticoïdes, elles peuvent aussi être des stéroïdes. Seules ou couplées à d’autres traitements, suivant la décision du médecin. Il est important de savoir que ces traitements ne sont pas permanents.
  • Le laser : Désormais une multitude de laser s’offre aux dermatologues. Associés à d’autres traitements pour de meilleurs résultats, le praticien peu choisir parmi : le laser fractionnel aussi dit abrasif, le laser vasculaire, le laser pigmentaire et la lumière pulsée. C’est la nature de la cicatrice qui dicte le type de laser à utiliser.
  • La photothérapie : C’est l’utilisation de lumières « froides » (par rapport à leur position sur le spectre lumineux) générés par des diodes électroluminescentes (LED). Elle est aussi appelée puvathérapie, parce qu’elle associe un médicament (généralement le psoralène) avec des rayonnements ultraviolets de type A.
  • Le pansement compressif : Utilisé sur les cicatrices récentes, il a pour but d’aplatir et de contenir la cicatrice.
  • La dermorestoration : Cette technique stimule la production naturelle de collagène à l’aide de microaiguilles. Souvent utilisées dans les cas d’acnés.

Il est important de savoir que ces traitements peuvent améliorer l’aspect d’une cicatrice mais qu’elles ne peuvent pas la faire disparaitre complètement. On observe la cicatrice jusqu’à un an dans certains cas avant de procéder à un traitement parce que certaines cicatrices peuvent s’estomper ou se résorber spontanément.