fbpx

Une chirurgie esthétique est jugée indispensable par beaucoup de gens qui souffrent des bras affaissés. Elle a comme but de raffermir ou retendre la peau des bras. Il peut s’agir d’une simple accumulation de graisse, avec augmentation du volume global du bras mais aussi parfois de l’épaule. Mais le plus souvent la demande porte sur le relâchement plus ou moins important de la peau, lié soit à l’age, soit à une perte de poids. Les opérations de cette chirurgie de corps seront évidemment différentes pour chacun de ces cas, la décision se faisant sur l’état de votre peau, et sa capacité présumée à se rétracter. Ces interventions se pratiquent aussi bien chez les hommes que chez les femmes.
Si vous avez un simple excès de graisse, surtout dans la zone située en dessous du biceps, une liposuccion suffit dans la plupart des cas. Mais si on trouve cette graisse à la partie interne du bras ou recouvrant le biceps, ou si la peau est déjà relâchée, mais sans excès, il faudra en retirer une partie. On peut souvent se contenter d’enlever un simple croissant en haut et à l’intérieur du bras, la cicatrice se situant dans l’aisselle, donc quasi invisible.
Dans les cas plus importants, il peut être nécessaire de faire descendre cette cicatrice sur quelques centimètres le long du bras. Elle reste cependant dissimulée par des manches courtes.
Si c’est tout le bras qui est relâché, il faut enlever toute la peau et la graisse en trop. La cicatrice, en T, va aller de l’aisselle vers le coude, et sera visible à l’arrière du bras. C’est la seule solution pour un résultat stable et satisfaisant, qui redonne un bras normalement galbé.

Et après ?

Vous aurez un pansement. Les soins sont simples. Les complications sont peu fréquentes. Locales, en dehors du risque d’hématome, elles sont essentiellement liées à la mauvaise qualité de la peau qui peut mal cicatriser, et sont très majorées chez les fumeurs. Générales, en dehors du risque infectieux, elles sont très rares. Les cicatrices sont en général peu visibles. Dans de rares cas, elles peuvent devenir hypertrophiques, voire kéloïdes, ou provoquer une rétraction. Les “Bleus” ou ecchymoses se dissipent en 8 à 15 jours, de façon variable selon les personnes, les œdèmes, ou gonflements, se voient 10 à 20 jours. Les résultats sont stables dans le temps.