fbpx

Malheureusement, ce n’est pas une route que Michael Jackson a décidé d’emprunter, mais s’il avait décidé de restaurer un semblant de normalité au niveau de son visage, il aurait pu consulter un des praticiens qui sont aujourd’hui nombreux à se spécialiser dans la « dé-chirurgie ».

La demande pour ce type d’intervention (rectifier les dégâts des interventions bâclées ou certains aspects qui ne conviennent pas au patient) est en forte hausse, et certaines célébrités font partie de ces demandeurs.

Katie Price par exemple, juste avant Noël, a réalisé une réduction mammaire et ses lèvres ont l’air quelque peu dégonflées. Courtney Love, qui aurait effectué une correction chirurgicale du nez et une réduction du volume de ses lèvres précédemment augmentées a écrit sur son blog : « je veux seulement les lèvres que dieu m’a donné ».

Katie Price chirurgie esthetique

Il semble absurde que ces personnes décident de réaliser une chirurgie pour corriger les opérations inutiles faites en premier lieu. Cela ne veut pas dire que la chirurgie esthétique est désertée, bien au contraire, celle-ci est plus populaire que jamais. Cela suggère plutôt que de plus en plus de patients sont désillusionnés par les résultats de leur intervention et que de plus en plus d’opérations sont ratées.

Une étude à montré que 33% des chirurgiens ont eu plus de travail de réparation ces 5 dernières années, accusant les praticiens peu scrupuleux. Il est estimé que plus d’un tiers des interventions de chirurgie esthétique en Tunisie réalisées sont correctives. De plus en plus de patients auraient aimé ne jamais avoir réalisé de chirurgie.

Un chirurgien spécialisé dans la blépharoplastie confie que 15% de son travail consiste à corriger le travail d’autres chirurgiens : « Les retouches sont bien plus complexes que la première opération ». Il est donc, primordial, de bien choisir son chirurgien et la clinique esthétique par la quelle on passe avant de se lancer dans ce genre d’opération.